Togo : retour sur le scrutin de toutes les surprises

Plus 3 millions de Togolais ont été appelés aux urnes ce 22 février pour désigner le prochain président du Togo. Le taux de participation du scrutin reste inconnu cependant contrairement aux premières analyses des observateurs de la scène politique togolaise qui estimaient que la compétition était sans enjeu, les premiers résultats des dépouillements semblent déjouer tous les pronostics.


La forte mobilisation
A l’ouverture des bureaux de vote, les électeurs se comptaient du bout des doigts. Certains craignaient un boycott. Le président du parti nation panafricain Tikpi Atcham ayant demandé à la population de ne pas participer au scrutin. Mais vers la mi-journée l’affluence a été constatée dans plusieurs bureau de vote à Lomé et à l’intérieur du pays. Les Togolais sont sortis exercer leur droit de vote.


L’illusion de la victoire facile de Faure Gnassingbe
Le président sortant Faure Gnassingbé candidat à sa propre succession pour un quatrième mandat avait en face de lui six candidats de l’opposition. Les médias occidentaux, à l’unanimité donnaient vainqueur le candidat Faure Gnassingbe. « Quelque 3,6 millions de Togolais sont appelés aux urnes samedi pour une élection présidentielle qui devrait reconduire pour un quatrième mandat le sortant Faure Gnassingbé », avait écrit France24 sur son site deux jours avant l’élection.


TV5 Monde dans son journal Afrique du 22 février indique que « les Togolais ont voté dans le calme samedi pour choisir leur président, un scrutin sans incident majeur ni grand suspense car il devrait assurer au sortant Faure Gnassingbé un quatrième mandat face à une opposition divisée ». Tous ou presque ont prédit la victoire facile du candidat Faure Gnassingbé. Les premiers résultats obtenus après les dépouillements surprennent plus d’un.


A Lomé, contre toute attente le candidat Agbeyomé Kodjo de la dynamique Monseigneur Kpodzro a battu, parfois très largement le candidat Gnassingbé dans plusieurs bureaux de vote. Selon les résultats qui parviennent à la rédaction du journal Letogo.net, Agbeyomé Kodjo a également devancé Faure Gnassingbé dans certains bureaux de vote dans la région des plateaux. Les régions des Plateaux et des Maritimes, faut-il le rappeler, concentrent la majorité de l’électorat togolais.
A Unir les plus courtois préfèrent parler d’ « une bonne percée d’Agbeyomé Kodjo » sans plus de détails.


Le double jeu des autres candidats de l’opposition
Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, le candidat Jean Pierre Fabre de l’ANC, challenger pressenti de Faure Gnassingbé a reconnu sa défaite. Une première depuis une décennie. L’honnêteté et l’humilité de l’homme sont saluées par tous. Cependant comme son confrère Aimé Gogué du parti ADDI, Jean Pierre a annoncé en tête de la course les candidats Agbeyomé Kodjo et Faure Gnassingbé en se basant sur les résultats de Lomé. Sur internet il leur est reproché de faire le jeu du parti au pouvoir en annonçant deux vainqueurs à Lomé au lieu de reconnaitre simplement la victoire de Kodjo.


Guogué et Fabre, disent ne pas avoir les résultats de l’intérieur du pays, laissant entrevoir la possibilité pour Faure Gnassingbé de remonter la pente et se voir élu au premier grace au vote de l’intérieur du pays. Les internautes s’interrogent sur l’attitude de Jean Pierre « C’est sur la base des seuls résultats de Lomé qu’il a reconnu sa défaite ? Si Jean Pierre Fabre a jeté l’éponge, c’est qu’il a eu les résultats de l’intérieur qui ne lui sont pas favorables. Pourquoi refuse-t-il de reconnaitre purement et simplement la victoire de Kodjo », nous a confié un journaliste qui a requis l’anonymat.

Le champ des irrégularités
Les premières irrégularités ont été signalées avant l’ouverture des bureaux de vote. A Gboto dans le Yoto, des urnes bourrées ont été découvertes avant l’ouverture des bureaux de vote. Les bulletins, plus de 300, ont été détruits. La société civile dénonce des bureaux de vote fictifs.

A cela s’ajoute les perturbations du réseau Internet. Plusieurs internautes ont dénoncé la coupure d’Internet par moment et le blocage de plusieurs réseaux sociaux et sites d’information. « #Togo a encore réussi ! Internet a été fermé il y a quelques minutes ! Les réseaux mobiles aussi. Les électeurs du #Togo ont voté lors d’une élection présidentielle qui devrait prolonger le règne de @FEGnassingbe
15 ans de mandat, et les 50 ans de règne de sa famille. #KeepItOn », a Twitter l’organisation internationale, Paradigm Initiative.

BREAKING NEWS: #Togo ?? has done it again! Internet has been shutdown few minutes ago! Mobile networks as well. Voters in #Togo have cast ballots in a presidential election expected to extend @FEGnassingbe 15 years in office, and his family’s 50 years rule. #KeepItOn pic.twitter.com/duuKQ2rzlI— Paradigm Initiative (@ParadigmHQ) February 22, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *